Initiation

Histoire de l’art

Bad painting

Jean-Michel Basquiat, Sans-titre, 1984

Jean-Michel Basquiat, Sans-titre, 1984

Le terme "bad painting" apparaît en 1978 pour annoncer une exposition du peintre Neil Jenney. Le bad painting, littéralement "mauvaise peinture" est un mouvement pictural né aux Etats Unis se caractérisant par une facture grossière mais expressive et par un contenu narratif plus ou moins explicite. La peinture est figurative et volontier autobiographique, en réaction contre le politically correct de l'art intellectuel et un brin conventionnel des années 70 comme l'art conceptuel et le minimalisme.

Les artistes phares du bad painting sont Jean-Michel Basquiat, Julian Schnabel, Kenny Scharf, David Salle, Neil Jenney, mais aussi Jonathan Borofsky, Joan Brown... Le bad painting s'inspire de la rue et de ses modes d'expression artistiques ou publicitaires tels les dessins réalisés au pochoir, le graffiti, les affiches. Art de la rue et né dans la rue il s'imprègne des mouvements marginaux de l'époque. Citons la culture punk-rock, les influences afro-américaines et hispano-américaines.

Le début du XXIème siècle est marqué par une revalorisation de la peinture contemporaine, dont bénéficie largement la Bad Painting. L'émulation autour de Jean-Michel Basquiat, qui représente autant la Bad painting que le graffiti, a propulsé en avant l'ensemble du mouvement

Tous les articles sur le mouvement Bad painting

Keith Haring, Untitled, 1982

 

Keith Haring, la créativité ludique et colorée d’un artiste underground de l’art Graffiti et de la Bad Painting, dans les années 1980 aux Etats-Unis.

Keith Haring, Fertility Nr. 1, 1983
Un artiste underground du Graffiti et de la Bad Painting dans les années 1980 aux Etats-Unis